Nos conseils pour respecter le délai de livraison de l’ouvrage

Le respect des délais est aussi important que la qualité de l'exécution d'un service. Sur le marché de la construction, ce n'est pas différent : il faut être attentif pour livrer le travail à la date prévue.

Cela est non seulement important pour maintenir la bonne réputation de l'entreprise responsable et pour satisfaire votre client, mais représente également des économies directes. Ce n'est pas difficile à comprendre : si vous ne retardez pas votre projet, vous dépensez moins en main-d'œuvre et en matériel.

Dans cet article, nous avons séparé 4 conseils pour vous aider dans cette mission. Alors, lisez attentivement jusqu'au bout et respectez le délai !

1. Faites un bon planning

En faisant une bonne planification, vous pouvez programmer le travail au jour le jour grâce à un calendrier. Il comprendra toutes les tâches qui doivent être effectuées et l'ordre dans lequel elles doivent être réalisées. En cas de contretemps, il sera plus facile de le surmonter et de se réorganiser pour que les activités reprennent leur cours normal.

2. Maintenir l'organisation de l'environnement de travail

Il existe un courant de pensée sur le marché de la construction qui est devenu une tendance : lean construction, qui signifie "construction allégée". Comme son nom l'indique, son objectif est de réduire les coûts et le temps d'exécution d'un bâtiment. Pour cela, il utilise et prend en compte de multiples aspects - l'un d'entre eux est l'organisation de l'espace de travail.

La distribution du matériel et des équipements, le lieu des repas et les toilettes interfèrent directement dans la productivité du service. Un site de travail désorganisé ne permet pas aux travailleurs d'accomplir leurs tâches avec une pleine efficacité. Veillez donc à ce que l'ensemble de la zone soit aménagée de manière à faciliter l'exécution des travaux.

3. Louez des équipements qui facilitent votre travail

Investir dans des outils qui peuvent faciliter et accélérer votre travail est toujours une bonne idée. Cependant, certaines de ces machines sont coûteuses et utilisées pendant de courtes périodes.

Une solution dans ce cas est de les louer, de sorte que vous ne payez que pour le temps où ils sont réellement utiles. Pour cela, recherchez une entreprise digne de confiance qui offre un soutien et une garantie dans l'utilisation !

4. Investissez dans votre équipe

Votre équipe est aussi essentielle que les matériaux et les appareils. Par conséquent, investissez dans une formation technique qui laisse chacun prêt pour ses activités respectives. Ainsi, chaque fois qu'une nouvelle technologie est employée, les employés doivent être préalablement formés pour y faire face.

En outre, il est important de les récompenser pour leur bon travail afin de les maintenir stimulés. Offrez des récompenses pour le respect des objectifs et des délais. Ainsi, vous favorisez une saine concurrence dans l'environnement.

Il est indispensable de livrer le travail à temps. Par conséquent, en plus de travailler à sa réalisation, étudiez le projet et fixez une date réellement plausible. De cette façon, vous garantissez votre tranquillité d'esprit et la satisfaction du client.

En quoi consiste la réception d’un chantier ?

L'achèvement des travaux et la remise de l'infrastructure sont étroitement liés. Il s'agit de la dernière étape des travaux réalisés par l'entreprise de construction et la direction du chantier, avant la réception de l'infrastructure par le promoteur. Elle est normalement réalisée en coordination entre la direction de la construction et le constructeur.

Etape 1 : L’acte de chantier

Tout d'abord, le constructeur informera par écrit la direction du site de la date prévue d'achèvement des travaux de construction, afin que la réception de l'infrastructure puisse être effectuée. C'est l'une des principales tâches à accomplir par la direction du chantier, à laquelle doivent également participer le représentant du promoteur et le constructeur lui-même. Le résultat est un document appelé Acte de fin de chantier (dans le bâtiment) ou Acte de réception (dans le génie civil).

Etape 2 : Signature des certificats de réception partielle

Si les travaux sont en bon état et conformes aux prescriptions, le technicien désigné par le promoteur considère qu'ils ont été reçus, et le rapport correspondant est établi. Lorsque les travaux ne sont pas en état d'être reçus, cela est indiqué dans le rapport et le maître d'œuvre signale les défauts constatés et détaille les instructions nécessaires, en fixant un délai au constructeur pour y remédier. Si les défauts continuent à être constatés après ce délai, le constructeur peut se voir accorder un nouveau report non prorogeable ou le contrat peut être déclaré résilié. Dans tous les cas, des certificats de réception partielle peuvent être signés.

La signature du rapport est un tournant, car elle transfère la responsabilité de l'infrastructure de l'entrepreneur au client. La direction du site doit s'assurer que le client dispose des garanties et des mesures de sécurité nécessaires avant de prendre cette mesure.

Etape 3 : Période de garantie

Le cas des travaux conformes

Une fois que l’acte de fin de chantier (ou "acte de réception") a été signé, sans objection, la période de garantie commence. La période de garantie est établie dans le contrat en fonction de la nature et de la complexité des travaux. Les cautions (ou garanties) utilisées dès le début des travaux sont généralement maintenues jusqu'à la fin de la période de garantie. Ces cautions sont essentielles en cas de sinistre ultérieur, quel qu'il soit, car elles garantissent au promoteur une compensation financière minimale.

Il faut être prudent avec l'acceptation tacite, surtout lorsqu'il y a des ouvertures avec des œuvres inachevées. Pendant la période de garantie, le constructeur est responsable de l'entretien et de la police des infrastructures, conformément au cahier des charges et aux instructions données par le maître d'œuvre. Dans un délai prédéterminé, avant l'expiration de la période de garantie, le maître d'œuvre établit un rapport sur l'état des travaux. Si le rapport est favorable, le constructeur est dégagé de toute responsabilité, et la garantie est restituée ou annulée et toute obligation en suspens est réglée. Dans ce cas, un acte de fin de contrat ou un certificat final peut être signé.

Le cas des travaux non conformes

Dans le cas où le rapport n'est pas favorable et que les défauts constatés sont dus à des déficiences dans l'exécution des travaux et non à l'utilisation de ce qui a été construit, pendant la période de garantie, le directeur de la faculté procède à l'émission des instructions appropriées au constructeur pour leur réparation en bonne et due forme. À cette fin, il bénéficie d'un délai pendant lequel il reste chargé de l'entretien des ouvrages, sans pouvoir percevoir de montant pour la prolongation de la période de garantie.

Etape 4 : La proposition de règlement

A l'expiration du délai de garantie, si le rapport du maître d'œuvre sur l'état des travaux est favorable, le maître d'ouvrage formule une proposition de règlement des travaux réellement exécutés ; les conditions économiques établies dans le contrat servent de base à leur évaluation. La proposition de règlement est notifiée au constructeur afin qu'il puisse donner son accord ou exprimer les objections qu'il juge opportunes.

Etape 5 : Le règlement

Dans le délai prévu à cet effet, le promoteur doit approuver le règlement et payer, le cas échéant, le solde qui en découle. Le solde du règlement est donc la différence entre le montant total liquide et le montant certifié à la source. Dans le cas où la totalité du budget liquide courant a été certifiée, les deux chiffres coïncident, et le solde de liquidation est nul.

Quand est-il nécessaire d'établir un procès-verbal de réception des travaux ?

L'établissement d'un certificat de réception de bâtiment est nécessaire pour tous les travaux impliquant une nouvelle construction (par exemple, une maison ou un logement nouvellement construit), ainsi que pour les travaux impliquant une modification importante d'un bâtiment. Dans ce dernier cas, les éléments suivants sont inclus :

  • Les modifications apportées aux logements ou aux locaux impliquent un changement d'utilisation (par exemple, la modification d'un local transformé en logement).
  • Les travaux ou transformations qui impliquent une modification de la structure du bâtiment ou de son aménagement intérieur (par exemple, il y a modification de la structure si l'on décide d'agrandir un logement en construisant un nouvel étage, si les murs porteurs ou les poutres d'un bâtiment sont modifiés, etc.)

Quand le rapport de réception du bâtiment doit-il être soumis ?

Le procès-verbal de réception doit être remis au promoteur de la nouvelle construction ou au maître d'ouvrage une fois que les travaux sont terminés et que le rapport d'achèvement correspondant a été établi par le chef de projet. Dans tous les cas, la réception de l'ouvrage aura lieu dans les trente jours à compter de la date de son achèvement. Ce délai est compté à partir de la date à laquelle le promoteur est informé par écrit de l'achèvement des travaux et de la nécessité de signer le procès-verbal de réception.

La réception de l'ouvrage est réputée avoir eu lieu tacitement (c'est-à-dire sans qu'il soit nécessaire de signer une attestation de réception) si, trente jours après la date notifiée d'achèvement de l'ouvrage, le promoteur n'a pas émis de réserves ou un refus écrit motivé de l'ouvrage.

Par la suite, dans le cas de nouvelles constructions, le promoteur doit fournir ce certificat de réception aux acheteurs ou aux utilisateurs finaux du bien (par exemple, aux personnes qui ont acheté les logements pour y vivre). Dans le cas de travaux de construction de grande envergure, ce certificat sera remis directement au client après l'achèvement des travaux de construction.

Quels sont les effets de la remise du certificat de réception des travaux ?

La signature de cet acte produit la remise définitive de l'ouvrage et, par conséquent, les délais de garantie pour les éventuels défauts de l'ouvrage commencent à courir. Plus précisément, les délais pour réclamer ces défauts au constructeur sont les suivants :

  • Pendant dix ans, pour les dommages matériels causés au bâtiment en raison de défauts ou de vices qui affectent les fondations, les supports, les poutres, les dalles, les murs porteurs ou d'autres éléments structurels, et qui compromettent directement la résistance mécanique et la stabilité du bâtiment. Il s'agit de défauts graves qui affectent le bâtiment et peuvent même mettre en danger son habitabilité.
  • Pendant trois ans, pour les dommages matériels causés au bien immobilier en raison de défauts ou de vices des éléments de construction ou des installations qui empêchent d'habiter correctement le bien (par exemple, défaut du système de chauffage qui empêche son utilisation, problèmes de fenêtres qui ne sont pas bien étanches et laissent entrer le froid, etc.)
  • Pendant une période d'un an en cas de défauts ou de vices qui affectent les éléments de finition ou d'aménagement du bien. Dans ce cas, le constructeur sera responsable des dommages esthétiques qui peuvent apparaître dans le bien, tels que de petites fissures dans les murs, des moulures qui tombent, des problèmes de prises de courant, le non-fonctionnement des portes d'une armoire, etc.

Ces défauts peuvent être réclamés au constructeur ou à l'entrepreneur au moyen de la lettre de réclamation pour défaut de construction correspondante.

Dans tous les cas, les garanties supplémentaires que le constructeur assume pour couvrir d'éventuelles réclamations pour les défauts susmentionnés seront indiquées dans le même document. Ainsi, le constructeur peut souscrire une assurance caution ou dommages pour couvrir ces défauts, et le promoteur peut même retenir le paiement de 5 % du coût des travaux pour couvrir les éventuels défauts esthétiques qui pourraient apparaître au cours de la première année après la livraison des travaux.

Enfin, dans le cas où l'ouvrage ou la construction est destiné à être utilisé comme habitation, le constructeur sera tenu de souscrire une assurance dommages-ouvrage ou une assurance caution pour couvrir les éventuels défauts structurels qui pourraient apparaître après la livraison pendant une période de dix ans.

Contenu du procès-verbal de réception du bâtiment

Ce document comprend tout le contenu nécessaire pour assurer son efficacité. Plus précisément, ce document comprend :

  • L'identification du constructeur et de toutes les personnes impliquées dans les travaux (maître d'œuvre et maître d'ouvrage exécutif),
  • Le contenu des travaux proposés et les matériaux à utiliser,
  • La liste des éventuelles objections ou défauts détectés par le promoteur et le délai pour les résoudre,
  • La date à laquelle l'ouvrage est considéré comme livré,
  • Les éventuelles garanties spéciales à assumer par le constructeur,
  • Le coût total des travaux.


Dans tous les cas, les parties peuvent inclure dans ce document toutes les informations qu'elles jugent nécessaires ou appropriées pour la bonne réception de l'œuvre.

Vous avez les clés pour mener à bien votre projet. Respecter les délais et achever la réception de chantier sont maintenant à votre portée !